samedi 1 juin 2013

Le Montespan de Jean Teulé


Il paraît qu'il va faire beau ce week-end... j'attends toujours le soleil mais comme je suis d'un naturel optimiste, je fais comme si il était déjà là et j'ai l'intention de vivre un peu dehors au lieu de conserver mon teint windows qui se porte à merveille cette année. Quel rapport avec Le Montespan me direz-vous ? Et bien tout simplement le contenu de ce billet : service minimum avant sortie ! On va dire deux points positifs et deux points négatifs par exemple ? A l'image de mon avis sur ce livre : partagé.
L'histoire est assez simple : Louis XIV, grand amateur de chair fraîche, jette son dévolu sur une nouvelle donzelle, Madame de Montespan. Le mari est prié de se retirer et d'accepter les bénéfices de son nouveau statut de cocu royal en silence. Or, Monsieur de Montespan est amoureux, follement amoureux de sa femme, il va donc chercher à tout prix à la récupérer, même s'il encourt la fureur du monarque. C'est les mésaventures du mari trompé qui sont ici racontées.

Deux points positifs :

1. Le côté "roman historique". Nous voilà plongés au XVIIe siècle. Tout y est : les hommes portant perruques et les dames qui font pipi debout, n'ayant pas besoin de baisser leur petite culotte (elles n'en portent pas...). Afin de bien confirmer la véracité de certains éléments du récit, quelques images viennent nous distraire.

2. L'humour. Certains passages sont très drôles (bien que parfois, on se surprend à rire jaune...). Mais c'est là que le bât blesse, car à trop vouloir faire marrer le gogo, cela devient franchement lourd... et l'on commence à se dire que ce livre n'est peut-être pas aussi drôle que cela !

Mme de Montespan

Deux points négatifs :

1. L'humour de salle de garde. Un peu ça va, trop, bonjour les dégâts. A force de lire moult détails sur les étrons royaux déposés en public ou sur les pipis de ces dames nettoyés par de pauvres valets qui passent la serpillère derrière elles, j'ai fini par avoir un peu la nausée. Le vocabulaire, volontairement cru, vient en rajouter afin de bien nous montrer que non, le narrateur n'a pas besoin de se boucher le nez devant le trivial. Moi non plus, mais j'ai parfois eu la désagréable impression qu'il s'agissait ici de flatter quelques bas instincts plus que de nous raconter une histoire.... Et puis, pour lire une histoire des commodités, autant lire ça :


2. L'écriture m'a gênée, si bien que j'ai eu plusieurs fois envie de laisser tomber cette lecture. Tout d'abord la rédaction au présent, peu adaptée je trouve pour ce type de récit et surtout, les anachronismes en terme de vocabulaire qui produisent sans cesse un effet de décalage qui devient gênant sur le long terme. Je me doute bien qu'il s'agit d'un "effet de style" mais il a produit un très clair effet d'irritation sur moi... Résultat des courses, après avoir été enthousiasmée par Charly 9, me voilà fort refroidie par Le Montespan. Reste à lire un troisième opus pour voir de quel côté penche définitivement la balance...

Extrait royal :

"- Ah, elle sait rôtir le balai (celui qui trouve ce que c'est que ce balai gagne un livre de poche...), hein, Mme Quatorze !
La tête de la marquise, face à l'entrejambe du roi, bascule d'avant en arrière dans un régulier va-et-vient jusqu'à ce que Sa Majesté se raidisse et que ses doigts s'étendent brutalement sur le pommeau de sa canne. Quelques secondes d'immobilité puis la gorge de Françoise déglutit (commenter l'image charmante). Son mari en a les genoux qui flageolent (il est en train de contempler la scène avec une longue vue) au-dessus des bas roses trop courts. La mère de ses enfants joint maintenant les paumes tournées au ciel sous le sexe bourbon qui s'amollit et pique du gland (remarquer le jeu de mots : trop fort !)."

Jean Teulé

28 commentaires:

  1. je te rejoins à 100%
    j'ai acheté ce livre sur la fois de critiques très positives et j'ai été un peu déçue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Adrienne : nous sommes deux alors... bon we à toi :-)

      Supprimer
  2. Réponses
    1. @Adrienne : je vois que comme moi, tu n'aimes pas laisser des fautes d'orthographe derrière toi... C'est pourtant pas bien grave ;-)

      Supprimer
  3. euh ... comment dire ? :)) ça m'a l'air de valoir le détour, un peu comme le bal masqué de Kamel Ouali au château de Versailles ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Bobinette : la comparaison est bien vue ! ;-)

      Supprimer
  4. Mouais .. voilà qui ne me tente guère (et j'imagine l'odeur de ces dames dont les robes devaient balayer un sol légèrement pollué !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aifelle : et bien tu ne perds rien en ce qui concerne ce livre... Bon dimanche !

      Supprimer
  5. Voilà un auteur que je n'au jamais lu et qui ne m'attire pas du tout !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Malika : je crois que tu peux passer sans trop de regrets... côté roman historique on fait vraiment mieux ! Il faudra que je vous parle du dernier de L. Nobécourt : une perle :-) Bon dimanche à toi !

      Supprimer
  6. Voilà un auteur qui ne m'a jamais tenté (tant mieux parce que j'en ai assez encore que je veux découvrir !!) et ce n'est pas maintenant qu'il va m'attirer :0) Bon dimanche Margotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @L'Or : je crois que je vais pour le moment m'arrêter à ce livre... d'autant que question roman historique, je lis avec délectation le dernier Lorette Nobécourt qui a une autre consistance ;-)
      Bonne soirée à toi !

      Supprimer
    2. Oh, Lorette Nobécourt j'adore... Aimant moyennement l'histoire je serais plus tentée par son autre sortir : Patagonie intérieure !! Néanmoins je lirais avec plaisir ton avis sur celui que tu lis.

      Supprimer
    3. @L'Or : il a l'air très bien aussi "Patagonie intérieure", mais je n'ai acheté que le roman sur H. de Bingen...

      Supprimer
  7. Je vais passer sans un regret !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cristie : en effet, je crois que tu peux prendre un autre chemin ;-) Bonne soirée !

      Supprimer
  8. NON, NON, je ne laisserai pas découragée par une note mi figue-mi raisin, je le lirai ce "le Montespan", uniquement pour pouvoir le critiquer après, cela fait trop longtemps que j'en ai envie. Mais bon,quoique ... si L. Nobécourt fait mieux ... L'extrait royal me laisse dubitative, il faut dire. C'est comme ça tout le temps ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Athalie : cela peut être un bon moyen pour avoir le plaisir de faire une critique bien enlevée après ;-) Par rapport à l'extrait, oui, c'est TROP SOUVENT à mon goût comme ça. Peu écrit pour tout dire... Alors bien sûr, quand on lit L. Nobécourt après, c'est un vrai plaisir !...

      Supprimer
  9. visiblement, Teulé on aime ou on déteste, je n'ai encore jamais tenté, je ne sais pas par lequel commencer; mais la question du style risque de me rebuter!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Galéa : question style, en effet, on reste un peu sur sa faim :-(

      Supprimer
  10. Pour toi aussi, l'humour de salle de garde, ça va bien un moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alex : tout à fait ! C'est comme tout, faut pas abuser ;-)

      Supprimer
  11. moi ça me fait rire... j'aime bien Teulé mais avec modération!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Violette : moi aussi, j'ai bien rigolé durant les premières pages mais le problème est qu'il use et abuse des mêmes ficelles... enfin, comme tu dis, à consommer avec modération ;-)
      Pour moi, cela sera abstinence pendant un moment... bonne soirée !

      Supprimer
  12. De Teulé, j'ai seulement lu Le magasin des suicidés, une lecture mitigée... je n'ai jamais eu envie d'en lire d'autres...ton billet me conforte dans mon idée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nadael : oh ce livre là ne me dit rien qui vaille... et puis, quand on lit L. Nobécourt après Teulé, quel choc ;-)

      Supprimer
  13. L'humour est vraiment lourd oui, et vulgaire. Pas du tout le titre de Teulé que j'ai préféré...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Sandrine : je n'avais pas eu cette impression durant la lecture de Charly9. C'est peut-être propre à ce titre ? A voir au cours d'une prochaine lecture mais je vais attendre un peu...

      Supprimer