vendredi 7 juin 2013

Retour à Yvetot d'Annie Ernaux

Les éditions du Mauconduit publient quatre titres par an d'ouvrages liés à la mémoire, à la transmission. Ils viennent de sortir un livre d'Annie Ernaux, Retour à Yvetot. Après L'autre fille et le beau volume publié chez Quatro, l'écrivaine revient encore une fois à l'autobiographie. Toutefois, la prégnance du lieu est ici fondamentale puisque cet ouvrage marque son retour à Yvetot, la ville de son enfance, celle de la maison familiale, des heures sans fin de lecture, et des premiers rêves... autant dire le lieu de la naissance d'une vocation : écrire.

L'épicerie familiale
Cet ouvrage est la transcription d'une conférence donnée par la romancière le 13 octobre 2012, à Yvetot. L'événement fut très suivi puisque 500 personnes se déplacèrent pour venir l'écouter (ce que je comprends parfaitement...). Elle évoque en premier lieu ce retour avant de raconter dans un chapitre intitulé "Les ruines", son arrivée à Yvetot, en 1945, dans une ville détruite par les bombardements. Ce "territoire d'expérience" est aussi celui du désir d'ascension sociale tout autant que celui de la "honte" (titre de l'un de ses ouvrages). La honte d'appartenir à une classe sociale qui n'est pas celle des dominants, qui possède un langage différent de celui que l'école va lui imposer :
"Ce milieu scolaire, antagoniste du milieu familial, a été ouverture au savoir, à la pensée abstraite, au langage écrit. Il a été élargissement du monde. Il m'a donné le pouvoir de nommer les choses avec précision, de perdre ce qu'il me restait de patois - couramment parlé en milieu populaire - dans mon langage, d'écrire le "bon" français, le français légitime."

1957, en seconde, au pensionnat...
Les trois chapitres suivants évoquent la lecture et l'écriture. Un cahier central propose un ensemble de photographies puis, en annexes, on trouve la retranscription d'un entretien avec Marguerite Cornier (professeure documentaliste ayant rédigé une thèse sur l'auteure) ainsi que l'échange avec le public qui a suivi la conférence.
Voilà un livre qui passionnera tous les lecteurs qui s'intéressent à la démarche d'Annie Ernaux. On y retrouve les thématiques habituelles : la "fracture" liée au changement de catégorie sociale, l'écriture qui va permettre de se réconcilier avec soi et avec ses origines, l'importance du temps, le goût pour la photographie... Passionnant !
"Est-ce que moi, la petite fille de l'épicerie de la rue du Clos-des-Parts, immergée enfant et adolescente dans une langue parlée populaire, un monde populaire, je vais écrire, prendre mes modèles, dans la langue littéraire acquise, apprise, la langue que j'enseigne puisque je suis devenue professeure de lettres ? Est-ce que, sans me poser de questions, je vais écrie dans la langue littéraire où je suis entrée par effraction, "la langue de l'ennemi" comme disait Jean Genet, entendez l'ennemi de ma classe sociale ? Comment puis-je écrire, moi, en quelque sorte immigrée de l'intérieur ?"

Pour écouter Annie Ernaux parler de ce livre, c'est ICI dans Comme on nous parle sur France Inter. Merci Aifelle ;-)

34 commentaires:

  1. Je l'ai repéré évidemment, elle en a parlé longuement sur France-Inter, et puis Yvetot est à 20 kilomètres de Rouen, je connais la région et je m'y retrouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aifelle : ah ? j'ai loupé son intervention à la radio :-( Te souviens-tu du nom de l'émission ?
      Il y a bien des choses à visiter dans ce coin là... je ne connais toujours pas Rouen !...
      Bonne soirée à toi.

      Supprimer
    2. C'était chez Pascale Clark, "comme on nous parle", je te mets le lien pour réécouter : http://www.franceinter.fr/emission-comme-on-nous-parle-annie-ernaux

      Supprimer
    3. @Aifelle : merci pour ce lien Aifelle ! je vais écouter ça dès ce soir :-)

      Supprimer
  2. Réponses
    1. @Clara : je comprends je comprends ;-)

      Supprimer
  3. Ce livre a vraiment l'air magnifique. Je le veux aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Sylire : oui, c'est très bien, surtout si tu aimes cette auteure !

      Supprimer
  4. repéré et commandé hier, j'avais en rentrant une envie frénétique de papier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dominique : cela fait du bien de te "voir" à nouveau, j'espère que tu vas bien ;-) Bonne soirée à toi !

      Supprimer
  5. Réponses
    1. @Adrienne : oui, j'aimerais bien qu'elle sorte un nouvel ouvrage de fiction comme le très beau "Les années"...

      Supprimer
  6. Il m'a l'air vraiment intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cristie : passionnant même ! Bonne soirée à toi :-)

      Supprimer
  7. Souvenirs d'enfance...jE note!
    J'ai emprunté "l'autre fille" lu par l'auteur, à la bibliothèque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Enitram : si c'est elle qui le lit, c'est encore mieux ;-)

      Supprimer
  8. Je n'ai ncore jamais lu Annie Ernaux, mais je la croise souvent sur la blogo !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Malika : tout le monde n'aime pas, sans doute à cause du côté autobio, mais je suis une grande adepte de son œuvre !

      Supprimer
  9. C'est drôle que tu parles de cela, ce matin sur Inter, Claudel parlait d'un déjeuner avec Modiano et Ernaux en évoquant la disparition de l'éditeur de chez STock...des romanciers qui parlent du souvenir, c'est toujours remuant. J'ai les "Années" qui m'attendent...des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Galéa : quelle chance, "Les années" ! pour moi, il s'agit de son plus bel ouvrage. Et pour tout te dire, il s'agit pour moi d'un chef d’œuvre... oui, pas moins ;-)
      Bonne soirée !

      Supprimer
  10. Une auteure incontournable pour cette collection.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alex : c'est sûr qu'elle y trouve tout naturellement sa place ;-)

      Supprimer
  11. Dire que j'ai le quarto et ne l'ai pas encore lu... une auteure que j'ai hâte de découvrir! Cet été, c'est sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nadael : je convoite ce quarto depuis sa sortie... et je vais bien finir par craquer ;-) Beau programme pour l'été en ce qui te concerne ! Bonne journée à toi.

      Supprimer
  12. Yvetôt, son milieu social d'origine, la honte d'y appartenir sont un peu le fil rouge de tous ses livres, du moins la façon dont cette honte l'a conditionnée, a fait d'elle ce qu'elle est devenue !Mais aussi honte pour ses parents, pour ces gens qui se contentaient de ce qu'ils avaient, méprisant un peu les intellectuels. J'ai tout aimé d'elle sauf "Les années" que je n'ai pas pu finir mais mes préférés restent "les armoires vides" et "l'autre fille"... Et j'aime surtout son écriture au scalpel, froide et surtout sincère !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Asphodèle : oui, elle revient longuement sur cette "honte", y compris dans l'interview que j'ai proposé en lien sur les bons conseils d'Aifelle....
      J'ai adoré Les Années, mon préféré de cette écrivaine ;-)
      Bon we à toi !

      Supprimer
  13. j'aime énormément Annie Ernaux . Belle lecture d'été en perspective
    et l'écouter parler est tout aussi captivant . merci Margotte et bon week end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Bobinette : je suis très intriguée par le récit qu'elle prépare dont elle parle dans l'interview... Bonne semaine à toi !

      Supprimer
  14. Yvetot c'est la troisième Normandie, celle du pays de Caux. Très différente de la haute ou de la basse Normandie. C'est deux dernières la désignent sous le terme du pays : "De l'aut'côté eud'l'eau" comme si c'était l'Amérique, seulement de l'autre c^té de la baie de Seine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Jeanmi : de la Normandie, je ne connais que le Cotentin et un peu la côte pour le reste de la région. Je suis allée une seule fois dans le pays de Caux, autant dire que je ne connais pas... sauf par le biais de Maupassant, de Flaubert et de Annie Ernaux ;-)

      Supprimer
  15. Pas encore lu l'auteur mais j'ai "l'autre fille" sur ma PAL dont ça se fera ;0) Bonne semaine Margotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lor rouge : très bien "L'autre fille", un tout petit opus en plus, qui se lit comme un en-cas ;-) Bonne semaine à toi aussi !

      Supprimer
  16. Annie Ernaux est une de mes auteures françaises préférée
    j'aime son style
    il n'y a pas de faux semblants
    elle est sincère et elle ne renie pas ses origines
    grâce à toi je vais relire les années

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Secrète Louise : nous avons alors une auteure préférée en commun... Les années, c'est pour moi son plus grand livre. Une chouette relecture en perspective ! Bon we et merci pour cette visite.

      Supprimer