jeudi 5 septembre 2013

Rentrée littéraire 2013 # 2 - Le rire du grand blessé de Cécile Coulon

   Imaginez un monde où les livres ne portent pas de titre. Sans 1ère ni 4e de couverture, ils se distinguent uniquement par le sentiment dominant qu’ils sont censés produire sur les lecteurs. Produits en série par les « Maisons de Mots », ils diffusent à des milliers d’exemplaires les mêmes émotions pré-formatées à ceux qui savent lire. Les analphabètes, eux, le plus souvent élevés dans des campagnes désolées et laissées à l’abandon, deviennent parfois « agent » pour surveiller d’étranges manifestations de lecture où se déchaîne l’hystérie collective. Ces séances de défoulements évitent tout autre débordement qui pourrait remettre en cause un pouvoir de toute évidence totalitaire. C’est dans cet univers que l’Agent 1075, suite à un accident du travail, va faire une découverte qui va changer sa vie.
Je ne dis rien de plus concernant l’intrigue de ce troisième roman de Cécile Coulon. Après une incursion aux Etats-Unis, elle change de registre littéraire et s'invite dans le genre de l'anticipation. J’ai pensé plusieurs fois à Farenheint 451 dans une version modernisée et plus retorse. En effet, ici, les livres ne sont pas interdits, pire, ils sont formatés (ce qui n’est pas sans évoquer certains « produits » qui se consomment aujourd’hui à grande échelle. Dois-je vous donner des titres ? Je pense entre autres à une trilogie qui a beaucoup fait parler d’elle l’an dernier…).  Je suis entrée assez vite dans cet univers inquiétant et j’ai dévoré le roman dans la journée… Un livre qu’on lit avec plaisir et qui, en plus, fait réfléchir, il ne faut pas s’en priver.
Cécile Coulon montre ici une nouvelle facette de son talent. Dans Le Roi n’a pas sommeil, j’avais aimé l’écriture travaillée et imagée. Ici, j’ai goûté avec plaisir son sens du récit, son amour de la littérature qui transparaît à chaque page d’un roman qui plaide pour la polyphonie littéraire. Un seul bémol : j’ai trouvé que la psychologie des deux personnages principaux était un peu sommaire mais là n’était pas l’objectif de l’ouvrage je pense.
Enfin, je vais continuer à suivre avec attention le devenir de cette jeune écrivaine qui est encore étudiante (en lettres modernes…) et en attendant son prochain livre, me reste à découvrir son premier roman que je n’ai pas encore lu. Si cela vous intéresse, vous pouvez aussi écouter son « Manifeste des enfants sauvages ».

 Extrait
 
"L’Écriveur s’orientait vers sa catégorie de prédilection : de nombreux candidats pour les Livres Frissons, très peu pour les Livres Fous Rires. Les Livres Haine ameutaient ne palanquée de types capables de vomir sur commande un mépris abject, tandis que les Livres Tendresse étaient quasiment orphelins. Chaque exemplaire arborait sur sa couverture la catégorie émotionnelle à laquelle il appartenait, suivie d’un numéro correspondant à la date d’impression. Nul résumé, pas de biographie, ni de préface, encore moins de photo. Un texte seul. Les Maisons de Mots ne perdaient pas de temps à inventer des phrases alléchantes : la mention de la sensation convoitée suffisait à assurer des ventes astronomiques. (Alors ? toujours pas envie de le lire ?…)"


26 commentaires:

  1. Si ton bémol est petit, je suis preneuse de ce roman pour le noter sur ma LAL !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Clara : bémol très petit même, lis-le sans aucune hésitation !

      Supprimer
  2. Déjà repéré ce roman dans la liste de la rentrée, donc là je vais essayer de le lire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Keisha : il te plaira, comme il plaira à tous les amateurs de livres et de littérature (encore plus à ceux-là !)...

      Supprimer
  3. il est dans ma ...euh en numérique je ne sais pas comment appeler ça, ma tablette est pleine à craquer des nouveautés de la rentrée, y a plus qu'à et ton billet pourrait bien me décider pour ce titre là

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dominique : ah, tu es passé au format numérique, je n'y arrive pas et n'en ai pas envie, bien que je croule sous les livres en papier... Cela présente en effet un côté bien avantageux au niveau de la place !
      Si ce livre est déjà rangé dans ton e-bibliothèque, n'hésite pas à l'en déloger avant qu'il ne se perde dans les rayonnages que l'on ne voit pas ;-)

      Supprimer
  4. J'avais aimé "l'Amérique" du "roi n'a pas sommeil"; celui-ci semble bien différent et la lecture de ton billet me fait(un peu) penser à "la balade de Lila K" qui ne m'avait pas convaincu. Mais un livre qui parle de livres est toujours tentant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fransoaz : je ne connais pas "La balade de Lila K", je vais aller voir de quoi il retourne ! Bonne soirée :-)

      Supprimer
  5. Un roman tentant, même si, comme tu le dis, il fait penser à Farenheit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alex : il fait penser à Farenheit mais tout l'intérêt est justement qu'il aborde les choses d'un point de vue radicalement différent puisque dans le monde décrit, les livres ne sont pas interdits mais au contraire prescrits ! On aborde ici l'aspect néfaste que peuvent présenter certains livres, ce qui n'est pas commun...

      Supprimer
  6. merci pour votre soutien ;)
    bien cordialement,

    C. Coulon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @C. Coulon : mais de rien ! c'est gentil de mettre un petit mot ici... En vous souhaitant bonne continuation, et dans l'attente de vous lire à nouveau !
      Cordialement,
      Margotte

      Supprimer
  7. Eh bien moi je n'ai pas beaucoup accroché au premier roman de l'auteur, et je laisse "Le roi n'a pas sommeil" en souffrance... je ne me sens pas très attirée par celui-ci, j'avoue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anne : je n'ai pas "encore" lu le premier (mais je vais le faire) je ne peux donc pas en parler. Je pense pourtant que "Le roi n'a pas sommeil" devrait te plaire, quant à celui-ci, il ne peut que plaire à tous ceux qui aiment la littérature !

      Supprimer
  8. J'avais beaucoup aimé son premier également. Je m'empresse donc de noter celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Sylire : il te plaira ! Bonne semaine :-)

      Supprimer
  9. Je n'ai lu que le premier "Méfiez-vous des enfants sages", malgré quelques bémols, j'avais bien aimé (mais c'était un premier roman), l'écriture de toute façon a quelque chose qui happe son lecteur, je trouve. J'attends la sortie du "Roi n'a pas sommeil" en poche, et celui-ci me tente bien aussi : un livre sur les livres, j'adore ! Connais-tu Quiriny " Une collection particulière"?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Athalie : Je n'ai toujours pas lu son premier roman. Il est sorti en poche, cela fait partie des achats à faire... Je ne connais pas le Quiriny dont tu parles, tu éveilles ma curiosité, je vais aller voir ça !
      Bonne semaine à toi !

      Supprimer
  10. D'un côté il me tente, parce que j'aime les livres qui parlent des livres...de l'autre les romans d'anticipation ne sont vraiment pas ma tasse de thé...alors je tergiverse!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Galéa : je ne lis presque pas de SF ou de roman d'anticipation, tu peux ouvrir celui-ci sans risques...

      Supprimer
  11. Tu me tentes beaucoup. Une auteure que j'ai très envie de découvrir. Je ne suis pas fan de livres d'anticipation (pourtant j'ai adoré de La balade de Lila K ) mais quand cela parle de littérature, ça m'attire forcément...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nadael : tu es la deuxième à me parler de la balade de Lila K, il faut que je sache de quoi il retourne avec ce roman ;-)
      Bonne semaine !

      Supprimer
  12. Preneuse aussi, j'ai aimé les deux précédents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Sandrine : il te plaira, j'en suis sûre ! Bonne semaine à toi !

      Supprimer
  13. je suis partagée : bof pour l'anticipation, oui pour les livres... Et puis, je n'ai jamais lu cet auteur, pourquoi pas, alors?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Violette : la dominante est franchement littéraire, même s'il y a anticipation... Cela vaut le coup de la découvrir !

      Supprimer