mercredi 11 décembre 2013

Le Château de Pictordu de George Sand


Vous aimez les contes et les histoires fantastiques ? Les dames noires qui hantent les vieilles pierres vous font frémir ? Vous avez un faible pour les statues qui parlent ? Alors ce livre est pour vous. Je ne connaissais absolument pas cette historiette écrite par George Sand pour sa petite fille Aurore âgée de sept ans. L’écrivaine a soixante-neuf ans lorsqu’elle rédige durant l’hiver 1873 ce conte paru sous la forme de feuilleton dans Le Temps. Il prendra ensuite sa place dans le premier volume des Contes d’une grand-mère.



L’histoire suivie de mon avis



M. Florchardet, peintre de son état, ramène du couvent sa fille unique de huit ans, Diane. Cette dernière a été placée en pension car sa belle-mère, Laure, une femme aussi frivole que peu maternelle, préfère s’occuper de rubans plutôt que d’une petite fille qui a le malheur d’avoir envie d’autre chose que de servir de poupée que l’on habille de frous-frous.

Lors du voyage qui mène le père sa fille et leur cocher près d’Arles, alors qu’ils traversent le Gévaudan, la voiture est victime d’un accident qui oblige le trio à passer une nuit au château de Pictordu. L’endroit est abandonné et presque entièrement en ruines. La petite fille, fiévreuse lors de son arrivée au château, croit apercevoir une « Dame au voile » après avoir vu une statue l’inviter à entrer dans la demeure… Les lieux sont-ils véritablement hantés, comme l’affirme une légende tenace ? Qu’adviendra-t-il de Diane, jeune fille orpheline de mère en route vers la demeure paternelle ? Qui est la « Dame au voile » ? Autant de questions qui rendent la lecture de ce texte bien agréable !

On retrouve ici ce qui fait le charme de la littérature du XIXe, une écriture à la fois exigeante et limpide. Écrit pour un journal, le texte de divise en dix chapitres titrés qui invitent toujours à poursuivre la lecture… On ne s’ennuie pas une seconde, et on s’amuse à retrouver les motifs propres au fantastique de l’époque : une fresque qui s’anime, des fantômes, une statue qui bouge, etc. La lecture fut d’autant plus agréable qu’elle associe au plaisir lié à l’intrigue un plaidoyer pour l’éducation des filles bien éloigné des standards de l’époque. George Sand milite ici pour l’égalité homme/femme et souhaite que les filles puissent se consacrer à l’art, quel qu’il soit, de la même manière que les hommes.



Extrait



« A peine avait-elle pensé cela, que la lanterne s’éteignit et qu’elle vit une grande belle clarté bleue, comme celle de la lune, traverser la salle ; et dans ce rayon de lumière douce, elle vit que la danseuse antique avait quitté la muraille et venait à elle.

Ne croyez point qu’elle en eut peur, c’était une forme exquise. Sa robe faisait mille plis gracieux sur son beau corps et semblait semée de paillettes d’argent : une ceinture de pierreries retenait  les pans de sa tunique légère ; un voile de gaze brillante était roulé sur sa chevelure qui s’échappait en tresses blondes sur ses épaules blanches comme neige. On ne pouvait distinguer son visage à travers cette gaze, mais il en sortait comme deux pâles rayons à la place des yeux. Ses jambes nues et ses bras découverts jusqu’à l’épaule étaient d’une beauté parfaite. Enfin la nymphe incertaine et pâlie de la muraille était devenue une personne vivante tout à fait charmante à regarder. »

24 commentaires:

  1. Cette George Sand écrivait vraiment sans cesse, et de tout! Epatant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Keisha : je connais très mal son œuvre mais je dois dire que cette lecture m'a donné envie d'aller y voir de plus près...

      Supprimer
  2. Je n'en ai pas entendu parler, mais je ne suis pas une grande connaisseuse de l'œuvre de George Sand, à part les plus connus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aifelle : je suis tombée complètement par hasard sur ce petit Folio à 2 euros... et ce fut vraiment une agréable surprise ! Ne t'en prive pas si tu as l'occasion de le trouver. D'autant plus qu'à ce prix là...

      Supprimer
  3. Il y a bien longtemps que je ne l'ai pas lu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alex : cette petite histoire peut être l'occasion de s'y remettre, surtout si on aime le fantastique à l'ancienne ;-)

      Supprimer
  4. Noté dans ma LAL depuis un long moment ;0) Tu m'as convaincue, il faut que je mette la main dessus :0) Bisous, bonne semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lor : je suis sûre que tu vas aimer ce livre ! bonne semaine à toi aussi :-)

      Supprimer
  5. J'ai lu les contes écrits pas Georges Sand et j'en ai "utilisés" certains dès la maternelle mais il faut comme au 19 e les raconter par épisodes, comme" le chêne parlant"... C'est ce que j'avais dit déjà lors du colloque sur G Sand, fort intéressant, à Ceris, il y aquelques années
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Enitram : après avoir lu celui-ci, j'ai très envie d'en lire d'autres... Tu as participé au colloque de Cerisy ? Trop classe ;-) Comme intervenante sur George Sand ?

      Supprimer
    2. Oui, à Cerisy La Salle, lors du colloque auquel j'ai participé, on m'a demandé mon opinion sur les contes de G Sand, l'intervenante en avait discuté avec moi pendant le déjeuner et j'ai dû m'exprimer sans papier ni notes devant cette assemblée de spécialistes !!! Un plaisant souvenir, vraiment !

      Supprimer
    3. @Enitram : et bien, à ta place, j'aurais été morte de trouille...

      Supprimer
  6. j'ai pris en horreur George Sand en cinquième avec "la mare au diable" et pourtant je trouve que c'est une auteure qui a mené une vie extraordinaire.
    Pour moi elle est aussi gnan-gnan dans son oeuvre que fabuleusement moderne dans sa vie.
    Luocine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Luocine : je pense que son œuvre est assez hétéroclite mais je ne la connais que très peu. Ce livre m'a donné envie d'aller y voir de plus près, d'autant plus que, comme tu le dis, elle a eu une vie vraiment passionnante ! Bonne journée :-)

      Supprimer
  7. Vendu, c'est vraiment tentant ! Je ne connaissais pas non plus du tout mais c'est un auteur que j'ai à peine lu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lou : je connais très peu, moi aussi, je l'ai acheté vraiment par hasard !

      Supprimer
  8. Je n'ai jamais entendu parler de ce livre de George Sand, je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nadael : un beau conte pour les fêtes de Noël ;-)

      Supprimer
  9. Bonsoir Margotte, à part les grands classiques bien connus, je ne suis pas familière des oeuvres de George Sand. Il faudrait que je répare cette lacune. Bonne fin d'après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dasoloa : je ne suis pas familière non plus, pas du tout même... mais je dois dire que ce livre m'a vraiment donné envie de découvrir plus avant son œuvre ! Bonne soirée à toi.

      Supprimer
  10. Je réponds oui à toutes tes questions du premier paragraphe, par contre, George Sand n'est pas vraiment ma tasse de thé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Sandrine : c'est ce que j'avais tendance à dire aussi avant cette lecture. Il faudrait que je lise d'autres œuvres pour me faire une idée. Reste à trouver le temps ! qui me manque cruellement en ce moment !

      Supprimer
  11. Le XIXeme me plaît et évidemment ce roman m'attire beaucoup mais pourquoi avoir choisi une couverture si laide !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Maggie : c'est très rapide à lire en plus, à caser entre deux pavés...

      Supprimer