mercredi 20 mai 2015

Du côté de chez Swann de Marcel Proust

     
     Proust hésita longtemps sur le titre à donner à son œuvre, à l’ensemble de La Recherche mais aussi à ce premier volume sans cesse remanié, des brouillons à la dactylographie en passant par les ajouts aux épreuves. Du côté de chez Swann, publié chez Grasset en novembre 1913, puis chez Gallimard en juin 1919, aurait pu s’appeler Jardins dans une tasse de thé (j'aime !) ou Le Printemps. Le manuscrit, refusé par Gide pour la NRF (cela restera son regret le plus cuisant), sera édité à compte d’auteur avant de connaître la renommée que l’on sait.
   Divisé en trois livres, ce premier volume présente un côté hétérogène lié à l’intégration d’une histoire d’amour au milieu d’un récit pris en charge par le narrateur. Ce récit s’ouvre par une première partie, « Combray », où apparaissent une partie de ces « moments privilégiés » au centre de l’œuvre proustienne, mais aussi les principaux acteurs de La Recherche : le héros, sa famille, Françoise, Swann, la fameuse tante Léonie, Bergotte et le clan des Verdurin... 

   « Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait (…) ».
   C’est le récit d’une enfance, celle du narrateur qui se souvient des douces heures du sommeil, de la lecture et des promenades chez sa grand-tante. On y retrouve les grandes scènes de notre patrimoine littéraire : la scène du coucher, la scène de la madeleine, les séances de lecture de François le Champi de George Sand. Les yeux de l’enfance transforme l’ensemble en un précieux livre d’images. Tout y est à la fois coloré et évanescent. Tout y est plein de livres reliés d’or d’où s’échappent des lettres qui s’impriment dans la mémoire. Tout y est anodin tout autant que fondamental. Ce monde premier se clôt sur une « mise en fuite par ce pâle signe qu’avait tracé au-dessus des rideaux le doigt levé du jour. ».

Combray, 2011
    La deuxième partie « Un amour de Swann » nous emporte dans un monde bien différent, celui du clan des Verdurin. Commence un roman dans le récit, celui des amours de Swann pour Odette, cocotte et demi-mondaine. Sur la petite sonate de Vinteuil qui déclanche la mémoire involontaire, Swann se laisse emporter par une passion au dessous de sa condition qui va pourtant le conduire à se laisser aller à une jalousie maladive.

« Ainsi à peine la sensation délicieuse que Swann avait ressentie était-elle expirée, que sa mémoire lui en avait fourni séance tenante une transcription sommaire et provisoire, mais sur laquelle il avait jeté les yeux tandis que le morceau continuait, si bien que, quand la même impression était tout d’un coup revenue, elle n’était déjà plus insaisissable. »
   Lors de cette relecture, j’ai été totalement fascinée par la troisième partie qui, après une rêverie sur les noms de pays, voit le héros déchiré par son amour pour Gilberte, la fille de Swann. Celle-ci, retrouvée aux Champs-Élysées, devient le centre de la pensée du narrateur. L'ouvrage se clôt sur un portrait de la Belle Époque au travers de la description des toilettes des femmes qui se promènent au bois. J'ai déjà entamé A l'ombre des jeunes filles en fleurs et espère vous donner des nouvelles de ce deuxième volume qui, dans la foulée du premier, prend une toute autre saveur...

30 commentaires:

  1. c'est le seul volume que j'ai vraiment lu en entier et même relu, mais il y a longtemps!
    j'en ai commencé plusieurs autres... un jour, peut-être, pourrai-je m'affirmer lectrice de Proust... qui sait ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Adrienne : 3e lecture de ce volume pour moi... et j'ai enfin dépassé ce stade pour la suite. J'ai bien avancé "Du côté des jeunes filles en fleurs". Reste 5 volumes encore ;-) Bonne soirée à toi !

      Supprimer
  2. C'est le seul que je possède pour le moment et que j'ai commencé ... puis laissé de côté. Mais j'y arriverai, un jour, j'y arriverai ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aifelle : je l'ai commencé au moins 5 fois avant de me lancer vraiment... mais cette fois-ci, je crois que c'est la bonne ;-)

      Supprimer
  3. Bonjour Margotte, que j'ai aimé cette lecture de Proust. C'est bien que Marcel ait commencé par ce roman puisque cela donne envie de continuer. J'ai lu toute la Recherche, pendant l'été 2000, un très grand moment de lecture. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dasola : je crois que la meilleure manière de lire Proust, en effet, c'est de lire l'ensemble de la Recherche en une fois... Le problème reste de trouver le temps et la disponibilité ;-) Je comprends que tu en gardes un souvenir intense ! Bonne fin de journée :-)

      Supprimer
  4. Depuis le (temps que je me dis que je vais ma plonger dans cette lecture.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alex : mais cela viendra un jour ;-)

      Supprimer
  5. Ah une relectrice de Proust! Bienvenue au club. J'en suis à A l'ombre des jeunes filles en fleurs (pas commencé, dernière lecture à partir de 2003 ou 2004, puis ensuite terminé, et recommencé avec Du côté de chez Swann récemment pour une lecture commune (menée à bien).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Keisha : j'avance actuellement "A l'ombre des jeunes filles en fleurs"... bien entamé ! Reste à voir si je vais tenir le coup sur la distance ;-) Mais vraiment, quand on se plonge dedans, quel délice !

      Supprimer
  6. Ma partie préférée est du côté de chez Swann ! Je l'ai relu plusieurs fois ! Mais je compte un jour lire tout Proust... Le problème, c'est qu'il me faut beaucoup de concentration et j'ai du mal à trouver du temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Maggie : l'idéal je pense, c'est de faire comme Dasola mais il faut trouver le temps et surtout, la disponibilité ! Comme toi, j'ai besoin de concentration pour ce type de lecture et il faut avouer qu'il y a des périodes où mes capacités dans ce domaine sont vraiment en berne... en ce moment par exemple ;-) Bonne soirée à toi !

      Supprimer
  7. J'ai lu "Du côté de chez Swann" et "A l'ombre des jeunes filles en fleur" il y a 2 ans et depuis je n'arrive pas à m'y remettre. J'ai lu quelque part que "Le côté de Guermantes" était le plus pénible de toute La Recherche et du coup je repousse sans cesse le moment de le lire. Quand tu le liras n'hésite pas à me prévenir, ça m'encouragera de ne pas le lire seule :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aaliz : si tu veux, je te préviens quand j'y arrive (je pense que cela sera pour cet été) et l'on peut faire une lecture commune ;-)

      Supprimer
  8. Souvent relu ce magnifique premier tome, et je voudrais encore le reprendre et continuer toute la Recherche dans mon élan - sans attendre de me retrouver sur une île déserte où c'est le titre que j'emporterais avec moi, à coup sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tania : c'est exactement ce que j'ai envie de faire, lire l'ensemble sur mon élan ! Et voir ensuite quel est le volume que je préfère dans cette œuvre magistrale ;-)

      Supprimer
  9. Un bonheur de lecture... tiens tu me donnes envie de le relire... cet été peut-être?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nadael : c'est une lecture qui va particulièrement bien avec l'été, en effet !

      Supprimer
  10. J'espère que vous continuerez le chemin avec Proust, afin de nous en reparler de temps en temps, et nous remémorer des moments de "La Recherche". Chacun a les siens, hormis les très connus, et les meilleurs varient lors d'une relecture, tout le charme de Proust ! L'ennui est qu'une relecture complète est une sacrée aventure qui prend du temps. Est-ce l'époque qui veut cela, que nous n'ayons pas de temps pour relire Proust, je m'interroge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Christw : je suis sur la bonne voie en ce qui concerne "Du côté des jeunes filles en fleur" et j'ai presque terminé "Le Temps retrouvé". Il m'en reste encore 4 à lire, et pas les plus faciles...
      Vous parlez d'époque, il est vrai que Proust est non seulement un auteur exigeant mais en plus, il demande de la disponibilité... l'inverse de ce qui caractérise notre société... Enfin, rien que le titre "Le Temps retrouvé" mérite méditation ;-)
      J'espère aussi pouvoir venir vous en parler. A bientôt donc pour de futurs échanges !

      Supprimer
  11. Evidemment les premiers volumes me parlent mais je ne l'ai pas lu en entier! Gide a refusé le manuscrit de Proust! Tu me l'apprends!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claudialucia : ce fut son plus grand regret... je comprends !

      Supprimer
  12. moi aussi j'ai envie de le relire maintenant! Quel bouquin quand même!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Violette : oui, quel livre, et quelle œuvre... Les relectures sont de plus en plus enthousiasmantes je trouve !

      Supprimer
  13. Oh mais que j'ai hâte....je l'ai reçu pour mon anniversaire (offert par ma fille à moi), j'attends le bon moment et je crois qu'il est arrivé (je crois). J'adore comme toi le titre que Proust avait choisi, c'est so XIXe siècle....
    Je me réjouis de découvrir tout ce dont tu parles, rien que l'incipit me met en joie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Galéa : et bien ! elle a bon goût ta fillotte !
      J'adore découvrir les titres imaginés pour les grandes œuvres, en général, ils sont multiples et tous géniaux bien sûr.
      Bonne lecture alors, j'espère que tu nous proposeras un billet à la mode Galéa sur Proust ;-)

      Supprimer
  14. Je découvre ton blog et oh surprise, je tombe sur ce billet, moi qui me tâte de me remettre à la Recherche depuis un bout de temps (lu Combray, Un amour de Swann et le début des Jeunes filles en fleur, mais bizarrement jamais Noms de pays). Je crois que je serai capable de revenir tout au début, j'avais vraiment aimé Combray... En tout cas bravo pour cette lecture exigeante et prenante mais tellement riche, que je ne vois pas beaucoup sur la blogo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ellettres : après avoir commencé au moins trois fois "Du côté de chez Swann", j'ai enfin dépassé le premier volume, lu le deuxième dans la foulée, et vais maintenant continuer... Je dois attaquer le troisième en juillet ;-)
      Oui, c'est vrai qu'on ne voit pas beaucoup Proust sur la blogo, mais il y a quand même quelques fans (je pense à Dominique et Keisha, entre autres).
      C'est une lecture exigeante mais quand on a dépassé la difficulté des débuts, quel plaisir :-)
      Merci pour ta visite et bonne soirée !

      Supprimer
  15. J'ai aimé ces trois parties distinctes, et de la troisième je garde un magnifique souvenir. Après les billets de Karine, lire le tien me donne encore plus envie de poursuivre avec le deuxième tome (peut-être cet été).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lilly : c'est une lecture qui convient bien à la période estivale car je trouve qu'il faut vraiment être immergée dans l’œuvre pour y prendre plaisir. Les arrêts/reprises ne permettent pas de se laisser bercer par une prose tout de même très exigeante...

      Supprimer