lundi 3 juillet 2017

Le Paradoxe de Fermi de Jean-Pierre Boudine

Un papillon dans la Lune: Le Paradoxe de Fermi de Jean-Pierre Boudine 

Nos librairies sont des lieux miraculeux ! C’est en flânant dans les rayons de la mienne que je suis tombée sur cette perle. Alors que je ne lisais plus de science-fiction depuis bien longtemps, depuis cette année, j'y reviens. Il faudrait d’ailleurs que je fasse un billet à propos des ouvrages lus dans ce genre qui se renouvelle avec brio. Retour à la librairie : la quatrième de couverture de ce livre - mis en évidence sur le présentoir de SF/Fantasy que je regarde toujours- m’interpelle. Lecture du premier chapitre : je suis fébrile, debout et déjà ferrée ! Je sors de la librairie avec quatre livres et avec une seule envie, continuer cette lecture au plus vite… Le lendemain, le livre est lu et je sais déjà que son empreinte sera profonde. Autant dire que 2017 marque un retour en fanfare vers le genre de la science-fiction !

Il s’agit d’un roman de SF écrit il y a une dizaine d’année (1ère édition en 2002 chez Aléa) par un agrégé de mathématiques qui en connaît un rayon au niveau scientifique. Et tout l’intérêt de cet opus est qu’il associe plaisir d’une lecture enthousiaste (malgré le côté glaçant, j’y reviendrai) et intelligence. Mais vous devez attendre le résumé et je tergiverse, encore sous le choc, oui oui, le choc. Et il ne s’agit pas ici de faire vendre ou de proposer une hyperbole à noter sur une 4e de couverture…
   Le récit se fait à la première personne. Robert Poinsot, quelque part dans les Alpes, dans de vieux cahiers trouvés sur la route, raconte ce dont il a été témoin. Un vendredi de 2 022, sans que l’on sache bien pourquoi (ou plutôt, on le savait, mais rien n’a été fait pour l’éviter…), une crise systémique a éclaté. Le détonateur : un « conflit lié à des questions de concurrence entre de très grosses entreprises américaines et chinoises ». La suite : crise économique mondiale et totalement incontrôlable. Effet domino avec faillites en chaînes et délitement des économies européennes. Après la suspension des salaires et l’hystérie collective, un système de troc qui se met en place puis les pillages commencent, avant que chacun tente de survivre aux bandes…

   Je vais bien me garder de vous dévoiler la manière dont Jean-Pierre Boudine imagine la suite de cette histoire. On y trouve de nombreux éléments qui ressemblent tellement aux prodromes qui sont déjà présents dans notre société que cela donne parfois envie de crier « Attention ! ». Car l’écrivain explique bien la manière dont, en creusant les inégalités sociales, on prépare le chaos à venir. Il montre avec brio, au travers de ce roman de SF « post-apo » comme on le dit maintenant, combien le lent délitement des institutions et des États fabrique des « déclassés » qui, le jour où ils n’auront véritablement plus rien à perdre, encore moins à espérer, et où les instances de régulation seront aux abonnés absents, risquent de faire payer cher la hargne accumulée.

   C’est un roman totalement glaçant. Pourtant, pas de « gore » ou de descriptions à la violence complaisante. Non, simplement la lente mais inexorable chute de la civilisation. Un retour au chaos et à la barbarie sous la forme d’une descente de toboggan que l’on ne peut stopper. Un retour au chaos lié à l’emballement et la potentialisation de l’ensemble des problèmes qui sont, pour certains, déjà là : surpopulation, changement climatique, tout technologique… sur fond scandaleux de creusement des inégalités (voir un exemple ICI avec le salaire du PDG de Renault). 
   Ce qui glace, c’est tout ce qui est en germe dans notre société. Et le démantèlement du Code du travail qui s’annonce dans les mois qui viennent se place directement dans cette fabrique des exclus qui nous prépare des lendemains qui déchantent. Un livre à lire, et à faire lire, à méditer aussi, qui est accompagné d’une passionnante postface de Jean-Marc Lévy-Leblond. Un livre que l’on devrait distribuer dans les écoles de commerce, au lieu d’apprendre comment faire toujours plus de profit et engendrer toujours plus de précarité. Un livre qui laisse un goût étrange dans la bouche car on ne peut s’empêcher de se demander s’il n’est pas déjà trop tard…


Extrait
« Beaucoup de personnes vivaient dans la rue, le jour, parce qu’elles n’avaient rien à faire, en particulier les enfants. La situation des écoles était tout à fait comparable à celle des laboratoire de mon lieu de travail : absentéisme galopant. J’ai su que certains professeurs étaient restés fidèles au poste, et de même, certains élèves. Un quart, peut-être.

Je me demande comment se passaient les classes. Dans un climat bien étrange, certainement : des élèves motivés avec des enseignants motivés ! Quel rêve ! Une véritable école, enfin. Mais trop tard. »


Addendum : pour ceux qui veulent mettre de la SF dans leur valise, des conseils judicieux dans l'excellente émission de France Culture, La Méthode scientifique ICI.

19 commentaires:

  1. Oh zut de zut, rien à ma bibli number one. Je poursuis la recherche. ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je précise qu'il vient de ressortir en poche, chez Folio SF ;-)

      Supprimer
  2. Il est dans ma bibli number 2 (mais faut le demander)

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi, j'aime de plus en plus la SF. J'ai emprunté 2001 l'Odyssée et Demain les chiens ! Celui-là, je ne l'ai pas lu. c'est noté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Maggie : "Demain les chiens", j'aimerais bien le lire aussi ! Je vais attendre ton avis ;-)

      Supprimer
  4. Et oui, c'est cela la bonne SF, elle nous parle du devenir de notre monde en s'appuyant sur une réalité qui existe déjà. Comme dans Globalia de Rufin. Et c'est glaçant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claudialucia : je n'ai pas lu le Rufin que tu évoques. Mais après "Le Paradoxe de Fermi", je fais une pause du côté des livres glaçants...

      Supprimer
  5. Totalement glaçant..., je passe pour l'instant mais je le note pour une période plus courageuse ;-).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tania : tu as bien raison, il m'a fallu plus de trois jours pour m'en remettre...

      Supprimer
  6. tu penses bien qu'après le livre que je viens de lire sur l'année sans été, celui là va tomber tout droit dans mon escarcelle
    merci à toi de le faire connaitre, je ne lis que très très peu de SF mais après tout 1984 était de la SF à sa sortie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dominique : oui, il va tout à fait bien avec le livre que tu viens de chroniquer. C'est vraiment de la SF excellente. Le livre semble d'ailleurs être connu par ceux qui aiment le genre (que je connais mal, je l'avoue...).

      Supprimer
  7. Merci de proposer ce livre qui lance un avertissement. L'on se demande s'il n'est pas trop tard mais surtout, l'on s'inquiète de ne rien voir venir qui propose, qui s'avère capable de modifier la tendance de façon significative. Je lis le mot «incontrôlable» dans une citation du billet, c'est celui qui me vient souvent à l'esprit lorsqu'il 'agit des évolutions liées à l'économie mondiale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Christw : "incontrôlable", c'est bien le mot qui rend l'ensemble si effrayant. On assiste à l'emballement sans rien pouvoir faire... et quant on voit les non-décisions prises en ce qui concerne l'environnement par exemple, on frémit (sans même parler du reste...). Pendant la canicule, on a comme cela entendu parler de fonte dramatique d'énormes morceaux de glaciers de l'Antarctique sans que cela ne déclenche la moindre réaction :-(

      Supprimer
  8. Pas de SF dans ma valise. Mais ce roman a l'air passionnant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alex : passionnant et marquant, j'y pense encore !

      Supprimer
  9. je viens de le terminer et je dois dire que ça donne un sacré coup au moral !!! mais c'est excellent sous couvert d'une écriture un peu simpliste que de choses sont dites

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dominique : un coup au moral, c'est sûr ! j'ai mis plus de 3 jours à m'en remettre et j'y pense encore... D'ailleurs, ce matin, petite piqure de rappel à la radio avec un mini reportage sur les "riches" Américains qui, à défaut de penser à mieux équilibrer les richesses, envisagent la fin du monde et se font construire des abris pour des sommes astronomiques en Nouvelle-Zélande :-(
      Tu comprends pourquoi après, je ne souhaitais pas lire de suite "L'Année sans été"... Bonne journée à toi !

      Supprimer
  10. Un grand merci pour le partage !

    RépondreSupprimer