lundi 19 juin 2017

Danser de Astrid Eliard


Résultat de recherche d'images pour "danser astrid eliard folio"


        Ils sont trois. Trois petits rats de l’Opéra de Paris a avoir été sélectionnés par l’école de danse de Paris : Chine, Delphine et Stéphane. Et Astrid Eliard nous fait entrer dans leur demi-pointes pour nous faire découvrir leurs premiers entrechats. Et ce qui pourrait être un énième témoignage de la vie d’une jeune fille en justaucorps, entre stress et demi-pliés, se transforme en un livre à la fois gracieux et drôle.

   L’alternance des voix narratives n’y est pas étrangère. En effet, nous suivons successivement les trois personnages et découvrons à la fois leur vie passée, leurs espérances et leurs émois d’adolescent(e)s. Chine a treize ans lorsqu’elle entre à l’école. Avec son mètre cinquante-quatre et ses trente-huit kilos, on ne lui donne pas douze ans. Jeune fille timide et réservée, elle est heureuse d’avoir fuit la vie collective et ennuyeuse du collège. Quant à l’internat, il lui permet d’échapper à une mère immature. C’est avec elle que nous découvrons le ton souvent humoristique du livre :

« Il y a bien eu un ou deux garçons qui ont essayé [de frotter leur langue sur la sienne…], mais ils sentaient trop fort le déodorant ou avaient des dents de cheval. Au moins, Sanders m’a fait comprendre l’immense fossé qui me séparait des autres, ceux qui embrassent, celles qui se maquillent dans les toilettes, celles qui ont des seins. Mois j’ai deux timides renflements à la place. Tu me diras, les filles à poitrine, ici, on ne les prend pas. Il y a une attitude, un corps à avoir pour danser, un corps pas très émancipé, aux muscles longs, minces, qui disparaît totalement sous les jeans et baskets quotidiens, et ce corps, c’est le mien. »

   Stéphane, lui, est le cinquième garçon d’une famille très organisée qui va se trouver fort embarrassée avec ce nouvel enfant lorsque celui-ci se révèlera plus que turbulent. La danse sera tout autant une manière de le sauver de son « mauvais caractère » qu’une manière de le révéler. C’est en regardant un documentaire sur Nicolas Le Riche, danseur étoile, qu’il sera subjugué :

« Le lendemain, dans le jardin, j’ai essayé de faire pareil. Je courais pour prendre de l’élan et faisais des tours, des grands écarts en l’air. J’ai passé une heure comme ça, à sauter et bondir, en repassant dans ma tête les images du documentaire. »


   Delphine, elle, est la fille unique et adorée d’un couple qui a bien du mal à la voir partir de la demeure familiale. Elle sera celle qui loupe des cours pour aller manger du Maalox, prise de crampes et d’aigreurs d’estomac face à la pression des cours mais aussi face à l’éloignement familial qui lui est imposé. Sans compter qu’elle a laissé son chien Capuche, un golden retriever affectueux. Plutôt extravertie, elle va se retrouver dans le même « box » que Chine et une amitié ne va pas tarder à naître entre les deux jeunes danseuses.

   Une lecture très agréable, que je conseillerai vivement aux adolescents, mais aux grands aussi ! Pas de considérations mièvres, juste un portrait de trois jeunes gens dans un moment phare de leur existence puisque de ces premières années dans l’école dépend leur avenir professionnel. Des passages très drôles, ce qui ne gâche rien, et aussi, une grande tendresse portée sur ses personnages auxquels l’on s’attache très vite. Un livre dévoré en deux jours, qui fait rêver sauts-de-chat et dégagés-demi-plié-révérence, le tout en tutu bien sûr…

10 commentaires:

  1. Chine? Prénom peu connu!
    Mais le roman a l'air ps mal du tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Keisha : l'origine du prénom est révélé dans le roman... qui en effet, est pas mal du tout ! une excellente surprise dont je n'avais pas du tout entendu parler à sa sortie.

      Supprimer
  2. Moi qui aime la danse, me voilà tentée, et même plus que ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alex : si tu aimes la danse, ce livre est pour toi !

      Supprimer
  3. je le veux absolument, je suis souvent circonspecte sur les livres sur la danse, en général très mièvres, mais je te fais confiance pour celui-ci ( et quelle belle première de couv)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Galéa : aucun problème ! aucune mièvrerie dans ce livre, au contraire... Tu verras, c'est un régal ;-)

      Supprimer
  4. j'ai l'impression que la danse fait plus que jamais rêver les petites filles (et les grandes ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Adrienne : et pourtant, que de contraintes ! et ce livre ne les cache pas, loin de là...

      Supprimer
  5. j'adore la danse, j'avais déjà noté ce titre, sans donner suite. Qu'est-ce que j'attends?

    RépondreSupprimer
  6. Le milieu de la danse donne l'impression d'un monde sans pitié, pas sur que ça aurait été pour moi, néanmoins j'ai toujours aimé danser ��

    RépondreSupprimer