samedi 16 novembre 2013

Cinq jours de Douglas Kennedy



     Le moment que l’on choisi pour une lecture a son importance dans la réception que l’on a d'un roman… En ce qui concerne ce roman de Douglas Kennedy, il n’avait pas la tâche facile puisque je l’ai commencé juste après avoir terminé Les Chutes de Joyce Carol Oates (lecture dont je suis à peine remise, que lire après une telle œuvre ?…). Autant dire qu’il partait vaincu d’avance, mais j’ai essayé d’être objective... et franchement, malgré ces efforts, j’ai trouvé cela très mal écrit. 
   La lecture s’est déroulée à peu près de la manière suivante (je vais faire une liste comme certains, suivez mon regard, font des dialogues).

- 1er chapitre : ça commence bien ! « JE L’AI VU TOUT DE SUITE. LE CANCER. C’était là, sous mes yeux. » Non, ce n’est pas du fantastique. Pas de cancer incarné, seulement une radiologue, Laura, qui tout à coup en a marre d’annoncer des horreurs à ces pauvres malades. J’ai oublié de vous dire que tout cela se passe un JEUDI. C’est important (merci de faire le lien avec le titre…). A la fin du premier chapitre, une tenace envie d’abandonner cette lecture m’a tenaillée mais le fond masochiste de ma personnalité m’a invité à continuer parce que bon, en un chapitre, on ne peut pas juger d’un livre non ?

- Vendredi (p.81) : punaise ! c’est long ! Laura s’ennuie dans la vie et avec son mari qui vient de perdre son boulot (moi aussi avec ce livre) mais heureusement, elle vient d’être invitée à un colloque de radiologie. Chouette ! On y va ? Et qui va-t-elle rencontrer lors de son colloque ? Richaaaaaaaaaaaaard (vous remarquez le glamour ultime du prénom ?). Et là, tout à coup, accélération du rythme cardiaque et de celui de l’intrigue. Accélération qui conduit notre couple de tourtereaux dans un lit : crak boum uh ! et ils s’aimèrent.

- Arrêt sur dialogue (p. 220)

"-         Non ! Vous avez dirigé Trait de plume ?
-         Vous connaissez ?
-         Bien sûr ! J’ai fait partie du comité de rédaction, à mon époque.
-         Tien ! Vous y faisiez quoi, exactement ?
-         Responsable de la section poésie.
-         C’est dingue !"
Il y en a des pages entières, de ces dialogues… 

- Fin de l’ouvrage (ouf !) 
Je lorgne sérieusement en direction de mon livre, hélas terminé, de Joyce Carol Oates et je médite sur le talent et le style. Je vous épargne le détail de mes réflexions… simplement, ce type de roman ne prend absolument pas avec moi. Il faut croire que je n'ai pas le profil "Au féminin" où j'ai lu cette "critique" enamourée "360 pages qui tiennent en haleine les fans du genre" (ah ? C'est un "genre" ?). Alors certes, je n’ai peut-être pas choisi le meilleur moment pour le lire, mais je pense que même à un autre moment, cela n’aurait pas pris non plus… trop plat, trop convenu, trop prévisible, et, il faut le dire, trop mal écrit.

Je remercie tout de même les éditions Belfond (après ce billet, j’ai bien peur que je sois rayée de leur liste…) et Laura pour cette envoi.


26 commentaires:

  1. Et je l'attends à la bibliothèque, il y a une liste d'attente ? Mais comme tu le dis il faut le lire soi-même pour avoir une opinion !
    Très beau week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Enitram : comme il vient de sortir, j'imagine en effet qu'il est attendu... Bon we à toi aussi :-)

      Supprimer
  2. J'ai abandonné cet auteur après plusieurs romans (on change...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Keisha : de mon côté, je vais m'arrêter là avec cet auteur... que je n'ai sans doute pas lu au bon moment... C'est vrai qu'on peut aussi aimer un auteur puis s'en lasser, ou l'inverse, découvrir un auteur que l'on aimait pas ;-) Bon we !

      Supprimer
  3. Il ne me disait rien de toute façon, alors je passe sans regret ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aifelle : en effet, les regrets ne sont pas nécessaires ;-) Bonne soirée !

      Supprimer
  4. j'ai été très intéressé par les essais de Douglas Kennedy, il y est très bon mais par contre ses romans ne m'enthousiasment pas du tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dominique : je crois que je ne vais même pas passer par la case "essais" après cette lecture...

      Supprimer
  5. Seul le "Cul de sac" de cet auteur restera dans mes annales. Comme le dit Keisha on passe par Douglas Kennedy et puis on s'en éloigne car on a trouvé mieux -et on y revient plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fransoaz : c'est un polar je crois, "Cul de sac" ? Il paraît qu'il est pas mal.

      Supprimer
  6. Je n'ai pas pu participer au tchat et du coup je n'ai finalement pas reçu ce livre en SP mais dans un sens je préfère car je n'étais pas du tout certaine d'adhérer (j'ai de Douglas Kennedy l'image d'un auteur facile). Après avoir lu ton billet et avoir réalisé que ce livre traitait de maladie, je ne suis pas mécontente de ne pas le lire finalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lou : facile, oui, c'est le mot... tu n'as pas de regrets à avoir ;-) Bonne soirée !

      Supprimer
  7. Son dernier, déjà, m'avait déçu. Et celui-ci ne me fait pas envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alex : je comprends je comprends... ;-)

      Supprimer
  8. Triple bravo Margotte.
    1: ton billet est drôlissime (la méchanceté va bien aux blogueuses en fait),
    2: tu as la franchise de dire que le pauvre passait après un monument,
    3: je pense que tu t'es grillée pour le partenariat Belfond par honnêteté littéraire (d'autres y auraient quand même trouvé un truc ou deux à sauver)...
    moi j'aime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Galéa : merci Galéa, voilà qui met du baume au cœur... il faut bien cela pour me consoler car en effet, je pense que je viens de me griller chez Belfond :-(
      Bonne journée à toi !

      Supprimer
  9. Je n'ai lu qu'un seul livre : L'homme qui voulait vivre sa vie, j'ai bien aimé. Quant au dernier, je passe donc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nadael : je ne connaissais pas du tout cet auteur... et ne vais pas aller plus loin... bonne journée !

      Supprimer
  10. Après l'envoi de ce roman, nous sommes sans doute plusieurs à être rayées des listes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Valérie : je ne sais pas trop comment ils gèrent leurs envois... m'enfin, je ne vais pas regretter l'éventuel envoi de romans de cet auteur décidément pas pour moi ! Bonne journée :-)

      Supprimer
  11. Je ne sais pas si tu es grillée chez Belfond, mais en tout cas, pas chez moi ... ( comment ça, ça n'a rien à voir ???). J'ai lu un jour un truc de cet auteur à femmes, et mon désintérêt total pour le bouquin ne m'a quand même pas fait remettre en cause mon appartenance à ce genre du féminin, mais il est sûr que je n'y reviendrai pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Athalie : grand merci pour ce commentaire Athalie, je commençais à me sentir un peu seule ;-) Je ne suis pas prête d'y revenir non plus...

      Supprimer
  12. Tout comme Athalie, je m'y suis essayée une fois à lire Douglas Kennedy et plus jamais !! Cet auteur aurait probablement fait un très bon scénariste mais en tant qu'auteur, aie, aie !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Malika : nous avons donc un point en commun ;-) Bon we à toi !

      Supprimer
  13. merci pour ce billet et merci de m'avoir éloignée de ce livre :-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Violette : en effet, toute tentative d'approche est plutôt déconseillée :-( Bonne soirée :-)

      Supprimer