mercredi 10 septembre 2014

Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar


En décembre 1948, Marguerite Yourcenar reçoit de Suisse une malle dans laquelle se trouvent d’anciens documents. Elle décide de faire le tri et commence à brûler de vieilles lettres familiales dont elle ne connaît même plus les destinataires. Le début de l’une de ces lettres – Mon cher Marc − l’arrête. Elle vient de se souvenir qu’il s’agit d’un ancien manuscrit, sa première ébauche de l’histoire d’Hadrien, commencée dès 1924 alors qu’elle n’avait que vingt ans. Dès cet instant, l’idée d’écrire ce roman l’obsède.
Pourtant, il est des livres que l’on ne doit pas oser avant d’avoir dépassé quarante ans, affirme-t-elle dans ses carnets de notes du roman. Les Mémoires fictives d’Hadrien naîtront donc après une longue gestation entrecoupée d’essais, d’arrêts, de reprises et de destructions de manuscrits considérés comme ratés. La naissance tant attendue doit beaucoup aux beaux-arts et aux bibliothèques. Marguerite Yourcenar s’est imprégnée du IIe siècle durant de longs matins à la Villa Adriana, elle a cherché ses mots dans la tête de l’Antinoüs Mondragone au Louvre et elle a dépassé le découragement devant la toile romaine de Canaletto au Musée de Hartford. 
Le roman s’ouvre donc par la formule retrouvée, Mon cher Marc, Marc pour Marc-Aurèle, le petit-fils d’Hadrien alors âgé de dix-sept ans. L’empereur, atteint d’hydropisie et mourant, a décidé de lui écrire une lettre qui vise au départ à l’informer des progrès de la maladie. Mais entré dans le monde des songes et immobilisé chez lui, l’empereur se saisit de ce délassement épistolaire pour laisser libre court à ses souvenirs. Il commence alors à former le projet de raconter sa vie.

Antinous (Musée du Louvre)

Les Mémoires d’Hadrien se déroulent alors en cinq chapitres. Animula vagula blandula prépare le lecteur à recevoir le discours qui va suivre. La lettre à Marc-Aurèle, grâce à son double destinataire, nous permet d’entrer très rapidement dans un récit qui semble s’adresser à nous.  Varius multiplex multiformis, période de « l’avant-règne » résume l’enfance et se clôt par la mort de Trajan, père adoptif d’Hadrien. Tellus stabilata se déroule sur trois années qui sont marquées par les séjours chez les Parthes. Hadrien, devenu empereur, au travers de ses actions, commence à imposer un ordre qui lui est propre. Saeculum aureum, le siècle d’or, correspond au temps de l’apothéose et à celui de la jouissance. Ici se place l’aventure avec Antinoüs, un jeune berger de Bethinie qui sera l’amant et le compagnon d’Hadrien (je n’en dis pas plus…). Disciplina Augusta, la discipline Auguste, est une « allégorie de la discipline militaire » (H. Levillain). Dans ce chapitre, Hadrien, vieillissant, prend les mesures censées assurer sa succession tout en luttant contre les désordres à venir. Il adopte Lucius, un ancien amant et prépare sa sortie. Enfin, patientia vise à préparer le lecteur à la fin de l’histoire. Hadrien se détache de la vie afin de se diriger vers le monde des morts.
Avant d’ouvrir les Mémoires d’Hadrien, je n’avais lu de Marguerite Yourcenar que les Nouvelles Orientales et L’œuvre au noir. Ce roman m’a donné envie de lire l’intégrale de cette brillante écrivaine à la plume érudite. La romancière nous immerge totalement dans le IIe siècle et réussit à nous faire entrer dans la pensée d’Hadrien. L’écriture est claire et limpide et la lecture glisse comme l’œil sur les courbes d’une statue antique. Voilà un plaisir de lecture rare, que l’on a même peine à partager car il développe de multiples arômes. La note de tête présente les effets propres au roman historique. Le lecteur se laisse emporter à Rome tout autant que chez ces peuples barbares qu’il entend chevaucher et guerroyer. Les fragrances qui suivent, multiples, se développent en fonction du lecteur… qui peut s’arrêter à l’histoire d’amour entre l’empereur et Antinoüs, ou méditer sur les sentences que nous propose Hadrien. Il se trouve face à l’un de ces livres inépuisables, que l’on veut lire, et surtout relire, qui toujours nous échappe, comme le temps compté d’Hadrien qui file vers la mort et tente de maîtriser l’inexorable. 

Extrait
« Le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté pour la première fois un coup d’œil intelligent sur soi-même : mes premières patries ont été les livres. A un moindre degré, des écoles. Celles d’Espagne s’étaient ressenties des loisirs de la province. L’école de Terentius Scaurus, à Rome, enseignait médiocrement les philosophes et les poètes, mais préparait assez bien aux vicissitudes de l’existence humaine : les magisters exerçaient sur les écoliers une tyrannie que je rougirais d’imposer aux hommes ; chacun, enfermé dans les limites de son savoir, méprisait ses collègues, qui tout aussi étroitement savaient autre chose. Ces pédants s’enrouaient en disputes de mots. (…) Et pourtant, j’ai aimé certains de mes maîtres, et ces rapports étrangement intimes et étrangement élusifs qui existent entre le professeur et l’élève, et les Sirènes chantant au fond d’une voix cassée qui pour la première fois vous révèle un chef-d’œuvre ou vous dévoile une idée neuve. Le plus grand séducteur après tout n’est pas Alcibiade, c’est Socrate. »

Ce billet fait suite à une lecture commune avec Maggie, Claudia, Océane, Praline et Alison.

24 commentaires:

  1. Oui, un roman passionnant ! C'est bien que tu aies mis une citation ! Ca donne envie de lire ! Je compte le relire même si je trouve ce texte très angoissant, très mélancolique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Maggie : oui, je vais le relire aussi. Je n'ai pas insisté sur l'aspect que tu évoques qui est pourtant très présent dans l’œuvre. On verra pour la lecture suivante ce qui en ressortira !

      Supprimer
  2. Hé oui, on craquerait bien pour cette prose (Yourcenar est dans ma liste des auteurs à lire -un jour)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Keisha : si tu commences, tu vas avoir du mal à t'arrêter ;-)

      Supprimer
  3. Je copie sur Keisha, Maggie par d'un texte très angoissant, c'est aussi ton impression ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aifelle : non, je n'ai pas vécu le texte comme cela, mélancolique, très axé sur le temps qui passe et la mort qui arrive sur la fin mais pas angoissant pour moi. Les ressentis de lecture sont très personnels...

      Supprimer
  4. voilà longtemps qu'il est sur ma liste!!! (trop longtemps ;-))
    merci pour ce coup de pouce!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Adrienne : de rien Adrienne ;-) et bonne journée à toi et aux autres copinautes !

      Supprimer
  5. un vrai bonheur de lecture de M Yourcenar, Les nouvelles orientales sont magnifiques et ces mémoires d'Adrien superbes , je les ai lu il y a pas mal d'année et la tu me titilles un peu, le genre de livre qu'après 20 ans je relirais bien
    Mais son grand oeuvre reste pour moi l'oeuvre au noir et si tu ne l'a pas lu je t'envie de plaisir de la découverte d'une oeuvre ample, profonde et universelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dominique : j'ai lu "L’œuvre au noir" mais justement, vingt ans après, je viens de l'acheter pour une relecture ;-)

      Supprimer
  6. Un roman passionnant et ton enthousiasme fait plaisir!. J'ai vu la pièce que je présente dans mon billet, pas fini le livre mais ça va venir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claudialucia : je vais aller lire ton billet :-)

      Supprimer
  7. Un chef d'oeuvre, un vrai, un lourd, un de ceux qui perdurent dans ma mémoire alors que comme Dominique, je l'ai lu il y a au moins .... quinze ans ? Un truc comme cela .... je me souviens qu'à l'époque, j'étais tombée amoureuse d'Antinoüs, une carte postale le représentant a longtemps trôné au-dessus de mon bureau .... Et là, c'est moi qui devient nostalgique.... Je me souviens que le livre l'est aussi mais je préfère ta formule sur la perfection de la statue antique. Elle sonne juste dans mon souvenir. Je comptais le relire, tu me donnes un coup de pouce. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Athalie : le problème avec ce genre de livre, c'est qu'après ça, tout semble bien fade... Il faut un petit moment pour s'en remettre ;-)

      Supprimer
  8. J'ai lu les Mémoires d'Hadrien il y a une dizaine d'années, je disais sur le billet de Maggie qu'il faudrait que je le relise et ton magnifique billet m'en donne encore plus envie ! Tu as raison, Marguerite Yourcenar était une auteur brillante et vraiment impressionnante d'érudition, ça laisse rêveur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aaliz : l'entendre parler est aussi un vrai régal ! autant d'intelligence, cela change des mièvreries et des idées rebattues qu'on nous assène à longueur de temps. Un remède à la fadeur :-) Bon c'est vrai, je suis totalement sous le charme !

      Supprimer
  9. J'avais tenté de le lire à la fac, mais il m'étais tombé des mains. Je devrais réessayer, maintenant, qui sait.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alex : tu pourrais bien avoir une très bonne surprise ;-)

      Supprimer
  10. Très beau billet, à 20 ans, je l'avais étudié à la fac Hadrien (sa relation avec Antinoos et avec son rapport à l'Egypte surtout), mais j'étais trop jeune pour apprécier Yourcenar, du moins le pensais-je, mais là tu me donnes vraiment envie Margotte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Galéa : merci ! Maintenant, il ne peut que te plaire ce livre, j'en suis sûre !

      Supprimer
  11. Un seul mot : chef-d'œuvre. Vous me donnez envie de le relire. Je l'ai lu il y a vingt-cinq ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Christw : je crois que votre avis fait l'unanimité... ainsi que l'envie de s'y replonger :-)

      Supprimer
  12. Vous me donnez envie de relire Marguerite Yourcenar. Les mémoires d'Hadrien, quel magnifique souvenir de lecture, quel souffle... Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Bonheur du jour : c'est une écrivaine qui supporte très bien les relectures... Bonne journée :-)

      Supprimer