jeudi 26 juin 2014

Les vivants de Matt de la Peña


À neurones fatigués, écriture simplifiée… Voilà la maxime de la fin du mois de juin qui m’a poussée vers ce livre judicieusement placé sur le présentoir des nouveautés de la bibliothèque près de chez moi. Et je n’ai pas été déçue par cette lecture car il faut avouer qu’à défaut de trouver un quelconque style (que je n’attendais pas…) j’ai trouvé une histoire bien prenante, même si elle est un peu longue à l’allumage.
Tout commence sur un bateau. Pincemi… Shy, un jeune mexicain embauché par la Compagnie Paradis, finance en partie ses études grâce à un job d’été. Garçon de piscine le jour, il s’occupe des nantis qui passent, eux, leur été à soigner leur bronzage. La nuit, il se transforme en porteur d’eau. Il en pince pour Carmen, une belle amazone qui vient du même quartier que lui mais qui est promise à un étudiant en droit (mais bien sûr, elle n’est pas sûre des sentiments qu’elle éprouve pour son futur mari, et encore moins de ceux qu’elle ressent peut-être pour son « ami » Shy…). Comme vous pouvez le constater, le premier tiers du livre surfe sur un mélange des Feux de l’amour mâtiné de La croisière s’amuse. J’avoue avoir songé à refermer rageusement l’ouvrage plusieurs fois. Mais, n’ayant rien d’autre à lire d’adapté à l’état de ma petite cervelle, j’ai persisté : bonne pioche !  
Le roman est divisé en huit jours et à partir du deuxième, l’ambiance est moins mièvre. Pour tout dire, on se rapprocherait plutôt d’un remake de War World Z. En effet, un tremblement de terre qui dépasse l’échelle de Richter touche la Californie et un tsunami va bientôt venir troubler la quiétude de la croisière… Mais ce n’est pas tout, une étrange maladie qui a déjà touché la famille de Shy, la maladie de Roméro, se répand parmi la population.
Alors, vous vous en doutez, Shy aura besoin de puiser au plus profond de ses ressources pour faire face à un destin qui lui réserve de bien sombres surprises… brrrrrrrr. Et moi, je n’ai pas eu besoin de puiser au plus profond de mes faibles réserves du moment pour me laisser emporter par cette histoire dont le deuxième tome sortira en novembre 2014. Et oui ! il s’agit d’un diptyque alors attention, ceux qui s’y laissent prendre devront attendre, comme moi, la suite des aventures de leurs héros. 
Roman publié dans la collection « R » de Robert Laffont, Les vivants, sous-titré « Vous regretterez d’avoir survécu » (re-brrrrrr) caractérise bien la production qui peut être celle des auteurs diplômés de « Creative Writing » : un produit bien formaté qui se consomme comme un bon McD. un jour de flemme intense. Si on se laisse prendre au jeu, on ne peut que regretter toutefois le manque de subtilité de l’ensemble. Les personnages sont très stéréotypés et on frôle l’overdose d’idées reçues. M’enfin, parfois, j’aime bien manger des frites avec de la mayonnaise… OK, la comparaison est un peu grasse, mais assez adaptée, la preuve :
« Rodney remercie ses amis en se penchant par-dessus la table pour les serrer dans ses bras, manquant d’écraser les pizzas au passage. Puis il se sert une première part. Bientôt suivie d’une deuxième, et d’une troisième.
L’odeur de fromage et de pepperoni fait tellement saliver Shy qu’il prend à peine le temps d’admirer Carmen (la belle amazone…). Son estomac gronde. Il saisit une part, tamponne l’excès de graisse avec une serviette en papier, et la replie comme il peut avant de mordre dedans. »
Encore une part ? 
Attention, cet extrait se situe dans le premier tiers du livre… sachez que les six jours qui suivent vous réservent bien des frayeurs !...

Catégorie SF

12 commentaires:

  1. Il me paraît dispensable, surtout avec la PAL qui m'attend ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aifelle : on est d'accord... Bon we :-)

      Supprimer
  2. Comme Aifelle... même si la pizza se marie actuellement avec la coupe du monde (et sans moi, bien sûr)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Keisha : bien vu le lien avec la coupe du monde, je n'y avais pas pensé... ;-) Bon we à toi.

      Supprimer
  3. si ça sent Les Feux de l'amour... ben je fuis! :-) Bon week-end!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Violette : la première partie risque de te faire fuir très loin alors ;-) Bon we à toi aussi !

      Supprimer
  4. Tu ne m'en veux pas Margotte, je passe mon tour, ce n'est vraiment pas mon style....
    Bon dimanche ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Galéa : je pense que tu peux éviter cette lecture en effet, on ne t'en voudra pas ;-) Bon dimanche à toi aussi !

      Supprimer
  5. C'est vrai qu'en juin, je me trouve moins exigeante côté lectures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alex : c'est bien aussi de se laisser aller à quelques lectures de franche détente, même si elles sont oubliées tout de suite ;-)

      Supprimer
  6. Pas sûre de dépasser le premier tiers (La croisière s'amuse et Les feux de l'amour, très peu pour moi)... ;-) La suite semble distrayante, mais j'ai déjà d'autres lectures "détente" en stock ! Merci pour cette participation (je rattrape peu à peu mon retard dans la lecture des billets du challenge).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Miss Léo : je pense que c'est une lecture dont on peut se dispenser, même si cela s'améliore en route... Bon we !

      Supprimer